mercredi 28 juin 2017

Ambiance lugubre au bord de la rivière

Vous aviez aimé La Fille du train ? Il est temps de découvrir le nouveau roman de Paula Hawkins !


Au fond de l'eau nous emmène à Beckford, un petit village anglais où coule une rivière et où tout le monde semble se connaître. Julia et Nel y passaient leurs vacances quand elles étaient petites, traînant toute la journée au bord de la rivière. Aujourd'hui Julia doit y revenir pour des raisons beaucoup moins gaies... Sa sœur Nel a été retrouvée morte dans l'eau. Elle vivait désormais dans la maison familiale avec sa fille, Lena, et écrivait un livre sur la légende du Bassin de noyées. Obsédée par la rivière et les morts brutales survenues au cours des siècles à Beckford, Nel semble avoir suivi les précédentes victimes du Bassin des noyées en se suicidant. 
Nel et Julia ne se parlait plus depuis des années. Pourtant, Julia a du mal à croire au suicide. Peu à peu, les langues se délient et de vieilles histoires réglées depuis longtemps refont surface... Cela pourrait-il expliquer la mort de Nel ? 


Paula Hawkins nous entraîne à nouveau dans un thriller psychologique addictif ! Le lecteur plonge peu à peu dans l'ambiance très particulière de ce village, faisant connaissance avec tous les (nombreux!) personnages du roman. Il faut donc un peu de temps pour planter le décor mais l'autrice réussi à nous accrocher très solidement à l'intrigue. Dès lors, vous ne pourrez plus vous arrêter avant d'avoir fini !! 


Tout le monde attendait l'autrice au tournant après le succès fulgurant de La Fille du train, mais pour nous c'est validé ! Paul Hawkins fait désormais partie des auteurs de thrillers psychologiques qu'on adore et dont on guette les romans ! 

mercredi 21 juin 2017

Coup de cœur fusionnel




Sarah Crossan est une auteure irlandaise, qui a déjà écrit plusieurs romans pour ados comme la série La loi du dôme. Nous ne la connaissions pas mais un livre traduit par notre chouchoute Clémentine Beauvais ne présageais que de bonnes choses ! Qu'on se le dise : Inséparables, paru le mois dernier aux éditions Rageot, est un coup de cœur !




C'est l'histoire de Grace et Tippi, deux jeunes filles de seize ans. Sœurs, et plus encore. Pas jumelles non, mais siamoises ! Les médecins ne leur donnaient pas deux années à vivre et les voici aujourd'hui, s'entendant à merveilles, se connaissant par cœur.  Leur vie est sur le point de changer : leur parents n'ayant plus les moyens de leur payer des cours à domicile, elles entrent au lycée pour la première fois. Ayant l'habitude d'être observées, à la dérobée ou non, interrogées etc., elles ne sont pas vraiment pressées. Et pourtant, ce pourrait être une des meilleures choses de leurs vies...

L'adolescence n'est pas toujours une partie de plaisir et la particularité de Grace et Tippi ne fait qu’exacerber ce sentiment, mais Sarah Crossan a doté les filles de caractères bien particuliers, elles nous plaisent dès les premières lignes et ont la chance d'être (a peu près) bien entourées. Par sa thématique, l'auteure questionne sur l'identité, l'intégrité ainsi que l'amour et l'amitié. Clémentine Beauvais à su nous traduire tout ça à merveilles et c'est presque d'une traite que j'ai lu Inséparables ! À découvrir dès 14 ans.

La couverture du roman, en version originale.



Inséparables, de Sarah Crossan publié aux éditions Rageot - 14,90€

mercredi 7 juin 2017

Bottes de pluie grenouille et pizza, ou ce qui se passe dans la tête d'une ado !



Voilà un beau pavé qui ne vous durera que quelques jours !


Je suis ton soleil est un roman lumineux qui passe par toutes les émotions: des galères..., de grosses grosses galères, des larmes, de la joie, des fous rires... !


Nous rencontrons Déborah le jour de sa rentrée en terminale. Elle n'a que des bottes de pluie à se mettre car son chien, une espèce de clochard adopté par sa mère, a mangé toutes les autres. Déjà, côté style, on repassera. Question humeur aussi: Déborah n'a pas du tout envie d'aller au lycée, cet établissement charmant surnommé le "Clapier", surtout quand elle apprend qu'elle n'est pas dans le classe de son (unique) amie. A place, elle va devoir se coltiner toute l'année Jamal, alias Mygale-man (Oui, il élève des mygales !)...



Le quotidien de Déborah suit son morne cours, entre réussir son bac, espérer un sourire d'une mère qui déraille (le découpage compulsif vous connaissez ?), promener Isidore le chien baveux... Jusqu'au jour où elle croise son père pendu à la bouche d'une inconnue ! Sa vie bascule. Comment peut-on tout gérer tout ça quand on a 17 ans et qu'on doit passer le bac dans quelques mois ?


Amitié, amour, crises familiales, littérature et pizza, voilà de quoi faire un beau roman ! D'une justesse incroyable, c'est un livre qui se dévore. Les personnages sont terriblement attachants et le quotidien de Déborah si réaliste que tout le monde peut s'y reconnaître. C'est la recette parfaite pour nous parler de l'adolescence, un de nos sujets préférés ! Avec tendresse, Marie Pavlenko nous transporte dans la tête d'une jeune fille qu'on n'oubliera pas de si tôt ! 


466 pages de pur bonheur ! 


A lire à partir de 13 ans et à glisser entre les mains de parents d'ado !

Je suis ton soleil, de Marie Pavlenko, aux éditions Flammarion jeunesse, 17.50 euros. 

mercredi 31 mai 2017

Coup de coeur intersidéral

Par où commencer pour vous parler de notre nouveau coup de cœur lunaire ? Par ce qui m'a frappé lorsque le livre est arrivé en librairie : sa couverture. Il est illustré par Diglee que vous connaissez peut-être pour ses bandes dessinées, ou pour son blog, ou pour son instagram. Bref, autant de choses qui en font une illustratrice hors pair, dont l'esprit colle parfaitement au roman. Voyez-donc la couverture ci-dessous et découvrez quatre héroïnes fantastique.



Dans viser la lune, c'est Aliénor qui nous raconte l'histoire. Elle a 13 ans et habite en Guyane. Passionnée par l'astronomie, le bricolage et les sciences en générale, elle est énergique, positive, et surtout déterminée ! Elle va faire l'heureuse rencontre de trois jeunes filles de son âge. Itaï, gameuse hors pair résidant en Nouvelle-Calédonie, Maria, québécoise accro à son chat et Azza, sportive métropolitaine de haut niveau. Toutes les quatre se parlent sans s'être jamais croisées (distance oblige) mais cela ne va pas les empêcher de monter une chaîne Youtube à succès. C'est tout pour l'intrigue !

Anne-Fleur Multon signe ici son premier roman, premier tome d'une série, et a su créer entre ces filles et le lecteur un vrai attachement ! Parfaitement dans son temps avec un clan de filles hyper connectées mais aussi les pieds sur Terre (quoique... pas toujours), elle nous montre une superbe leçon. Le plus, elle aborde des sujets importants (racisme, sexisme, etc) avec justesse et en gardant un ton humoristique sans leur faire perdre leur importance !

Viser la lune est publié chez Poulpe Fictions, "le label venu des profondeurs pour chatouiller les lecteurs". Des auteurs "neufs" et des illustrateurs "déjantés" s’associent grâce à eux pour créer romans frais et contemporains pour les 8-12 ans. À suivre !

Vous l'aurez compris, Viser la lune est un super roman, que l'on compte bien présenter au plus grand nombre à la librairie ! Et nous sommes persuadés que vous aussi, vous ferez aussi de la team #gosorcières !! À découvrir d'urgence dès 11 ans.


Coup de cœur : La cité sans nom T.1

Les éditions Rues de Sèvres ont le chic pour éditer de chouettes bandes dessinées, pour adultes comme pour enfants. Quelques-uns de nos coups de cœur ? Le récent Streamliner, la trilogie des Zita, fille de l'espace, ou encore les adaptations de 4 sœurs de Malika Ferdjoukh par Cati Baur... Et plein d'autres !


Menace sur l'Empire Dao est le premier tome de la série La cité sans nom. L'histoire se situe dans un espace temps inconnu, a priori dans une Asie ancestrale mais rien n'est précisé. Nous suivons Kaïdu, jeune Dao, tout juste arrivant dans la cité et pas vraiment doué pour le combat qu'il se voit enseigné. Rapidement il fait des rencontres intéressantes et découvre la cité, sa grandeur comme la pauvreté de ses habitants. Entre aventures nocturne dans la cité et complots politiques, l'action ne s'arrête plus !



Le récit est très rythmé, notamment grâce à la découpe des cases et à la fluidité du dessin. Le héros Kaïdo et son amie Rate son courageux et très attachants. Leur amitié est touchante et particulière aux vues de leurs différences d'origines : Rate est une enfant des rues, native de la cité, qui ne voit pas d'un bon œil les Dao.
L'auteure, Faith Erin Hicks, est canadienne et cette série est sa première traduction française.



Un premier tome très prometteur !! Dès 10 ans



La cité sans nom Tome 1 Menace sur l'empire Dao, écrit et illustré par Faith Erin Hicks, publié chez Rue de Sèvres - 16€

mercredi 24 mai 2017

Coup de cœur : Quoi de plus que la vie

Si vous ne l'avez toujours pas lu, la sortie au format poche de l'Art de la joie est un excellent prétexte pour découvrir ce chef-d'oeuvre, publié chez le Tripode. Parce qu'un livre aussi beau que gros (plus de 700 pages en poche), c'est plutôt rare, on vous conseille vivement de prendre le temps de le (re)découvrir !


L'art de la joie pourrait se résumer comme ceci : "le destin d'une pauvre sicilienne née le 1er janvier 1900". Il peut aussi se résumer par "un des plus beaux livres que vous lirez dans votre vie". Et je pèse mes mots. Partez donc à la rencontre de Modesta, héroïne au fort caractère qui saura sortir volontairement ou non des situations de la vie qui ne lui conviennent pas. De pauvreté à richesse, d'ignorance à savoir, de solitude à compagnie, Modesta évolue sans cesse.

Goliarda Sapienza, l'auteure était italienne et bien évidemment toute aussi fascinante que l'héroïne de son roman. Morte à 72 ans en 1996, elle a mis presque dix ans pour écrire l'Art de la joie. Traduite de façon posthume en France, son roman est reconnu comme une oeuvre majeure de la littérature italienne !
Je n'ai pas tellement envie de vous dévoiler plus d'information sur l'histoire de Modesta mais sachez que si vous aimez les femmes fortes, les histoires d'amour, la vie et la nature ce livre est pour vous ! 



Avec sa langue si poétique, ses dialogues foisonnants et ses personnages attachants, l'Art de la joie est une oeuvre à relire plusieurs fois au cours de sa vie pour en apprécier toutes les subtilités.



L'art de la joie, publié chez Le Tripode et écrit par Goliarda Sapienza - 14.50€

samedi 20 mai 2017

Magnifique roman ado en pleine nature !



Ingrid a passé un marché avec sa mère: si elle passe trois semaines dans le camp de Peak Wilderness, elle peut s'inscrire dans l'école de musique de ses rêves.

Arrivée sur place, elle déchante. Elle qui croyait devoir supporter un camp peu confortable découvre une réalité tout autre: il n'y a pas de camp. Son groupe et ils devront monter une tente tous les soirs pendants trois semaines. Une tente... à partager avec deux autres personnes qu'elle ne connaît pas... et un milliard de moustiques... sans douche.... avec des habits qui ne sécheront jamais... La liste de ses problèmes est longue et le temps passe affreusement lentement. 

Alors qu'Ingrid est confrontée à une nature hostile, ses problèmes tournent en boucle dans sa tête. Chaque jour est une épreuve. Peu à peu, elle finit par s'ouvrir à son groupe, à parler de sa vie, de sa vie d'avant, quand sa mère était cantatrice et qu'elles parcouraient l'Europe. Chacun se dévoile un peu plus tous les soirs et y trouve chaque jour un peu plus la paix. 

Toute la beauté du monde n'a pas disparu est un magnifique roman sur l'adolescence et sur la vie tout simplement, sur les épreuves auxquelles chacun de nous peut être confronté. 
Alternant le présent à Peak Wilderness et les souvenirs d'Ingrid de sa petite enfance à son adolescence, le récit dévoile progressivement ses fragilités et les raisons qui l'ont conduite jusqu'à ce périple en pleine nature.

Les récits de ce type d'aventure tels que Wild ou Into the Wild sont souvent propices à l'introspection et s'avèrent toujours intenses à lire. Toute la beauté du monde n'a pas disparu ne fait pas exception. Il est incroyablement facile de se plonger dans sa lecture et de vivre avec Ingrid tous ces défis quotidiens ou d'être submergé avec elle par ses émotions. Et pour vous donner encore plus envie, laissez-moi vous dire que la fin m'a absolument bouleversée !

A lire !

Toute la beauté du monde n'a pas disparu, de Danielle Younge-Ullman, éditions Scripto, 16.50 euros.